lundi 31 juillet 2017

I guarantee that this company will quadruple before Friday. Check it out

Did you know that markets are at an all time high?

Even non traditional places to stash some savings like bitcoin are out of control at an all time high.

Given that, it's so hard to make any serious scratch these days. Most things are overinflated and offer very little upside.

That's why I was super relieved when I stumbled upon a small medical company that's so undervalued I couldn't believe my eyes.

They just announced the results of trials which were extremely positive and I believe that the share value is poised to quadruple by this Friday.

At this time it's trading at an all time low of just five cents... It literally has no where to go but up.

I am going to grab a nice position this morning, and in your place, I'd seriously consider getting in today before the masses find out what's happening and the price shoots up.

The ticker is. q s m g

Check it out now, you'll be glad you got in at under ten cents. You should also tell all your friends about this. I am expecting it to double today.

mercredi 30 septembre 2015

Little Lizzy (to be edited...)



To her, it was clear from the beginning that the most important detail had been overlooked. Not that it would change anything, of course. What she thought mattered very little, if at all, regardless of the fact that she was absolutely right and they were desperately wrong.
Therefore, she was forced to hold it all back. They wouldn't have understood, they wouldn't have accepted the outburst of plain, brilliant reasoning. They were not ready to embrace it. They were not intellectually equipped to cope with it.
There seemed to be no room in the current context (as there was probably no room in this world in general) for those who had a sharp and instinctive insight on the most complex situations.
And there was certainly no desire, in the indigenous population currently gathered in the living-room, for little Lizzy to start expressing her opinion about the ragged way the case was currently being solved in the television set. A babbling child was bad enough to everyone's opinion. A babbling child emitting its squeaky noises when there was a program on was bordering crime against humanity.
Little Lizzy knew that only too well and even though she was confident that what she had to say would solve the case and allow everyone to switch to a far more interesting activity than letting their brains slowly fry in the vicinity of a flat screen, she curled up in her over-long jacket and did what she knew to be expected to do: she kept her mouth shut, and after a second of hard and wise thinking, she came to the doubly wise conclusion that not only it was better that way, but that she also would benefit starting to enjoy keeping things to herself.
Things, all sorts of things, most things actually, were treated decently when they remained within the borders of her head, whereas they were almost systematically chased, debilitated and crushed when she had the misfortune to let them accidentally slip out.
"It doesn't make sense, girl, you don't know what you're blabbing about!", "leave grown up things to grown ups and go play in your room" or "oh, just shut it will you!?" were sentences that she was well used to hear, and the very same ones that she had come to define, in the clairvoyant heart of youth, as "not kind".
"Not kind" is, of course, an understatement. Or rather a kind statement depicting an utterly unkind attitude. Lizzy's family could not be counted amongst the kind people. What saved them was that they were not mean either. Basically, they were just useless.



I became aware of the existence of Little Lizzy the day of the explosion, or rather should I say, at the exact moment an explosive charge expertly hidden under the decomposing seat of a derelict barber shop I was passing by chose – or was programmed to, set off.

It is queer, how time twists at crucial moments. It took me a while to recompose the chronological events of the day preceding the accident – and for that matter, the days before that, and the years before. I am aware that past time is supposed to enter a progressive phase of blur once we look at it from the little cross indicating the present on a timeline, but this was different. It was as if my perception of present and future had suddenly expanded into a vast canvas of interwoven threads I was looking at from so close – or with such an acute eye, that I could perceive the outlines of every single filament, every single atom making its structure. Or maybe it was the past that had shrunk to almost nothing, to a thumbnail of itself. Had it not been for the persistent feeling of it, I could almost think that I had been reborn just then, in the chaotic dispersion of polygonal glass, multi-sized shards of feasted-on-by-termites wood, and abrasive dust. All I could remember in the immediate aftermath was my newly enlightened inner perception of the laws of gravity. The blow had torn my 128 lbs. from the asphalt in one single swift vector. I was nearing the end of one of my long customary fasts and in spite of being considerably lighter than usual (I had lost 35 lbs. in little more than three weeks), my decaying and weakened muscles and aching joints were having a lot of trouble carrying my body step after step.

... (30/09/15)



dimanche 20 septembre 2015

Altruithérapie vol.1

Quelle ironie… La présence, la disparition, les dates de péremption... Rien ne s’est amélioré, c’est même plutôt l’inverse. Je ne saurais pas dire si j’en suis heureuse ou non, probablement pas heureuse, ni même soulagée. Est-ce encore la marque de cette effroyable passivité qui semble me caractériser ? Je fais avec. Juste ça. Pourtant, l’explication de la passivité ne me satisfait pas : elle n’est guère flatteuse il faut dire, ni vraiment compatible avec l’idée que je peux avoir de ma personnalité, fondée ou fantasmée. Et c’est parce que cette passivité ne me satisfait pas que j’ai remodelé mes mécanismes de réflexion de façon à ce qu’ils s’orientent vers la démystification de la passivité dont je suis l’actrice et la victime en ce qui concerne son espérance de vie, ses détours et ses raccourcis. C’est ainsi que je suis arrivée à la conclusion que ma vie, dans sa vacuité apparente était en réalité très remplie. Mieux, que je la remplissais de la denrée la plus inépuisable qui soit, délibérément, activement, compulsivement : autrui. Autrui est ma came. Rien ne me comble ni ne m’attire davantage que tout individu qui ne serait pas moi.

Récemment, j’ai fait la découverte d’un mot anglais couvrant une réalité qui me happe fréquemment. « Sonder », ou la subite réalisation que chaque passant que l’on croise a une vie au moins aussi riche que la sienne, une place au cœur d’une toile sociale plurielle, un réseau de pensées et d’émotions. Par une évidente mise en abyme, il était inévitable qu’une personne déclare un jour « puisque chaque individu que je croise possède cette intériorité, la prise de conscience de cette infinité d’intériorités ne peut être de mon seul fait. Inventons donc un mot. Sonder. » Pour cette raison, il y a beaucoup de beauté dans l’existence-même de ce mot. Il ramène l’humanité à ce qu’il y a de plus enthousiasmant dans son essence, fait de bienveillance et d’altruisme fusionnés.
Pendant de brefs moments au cours de l’existence, malgré le vacarme confus de la gestion de la réalité, l’humain a conscience de lui-même, conscience d’autrui et conscience de la richesse et du potentiel de ses pairs. S’il s’agit d’une évidence pour certaines personnes qui consacrent ouvertement leur vie et leurs efforts à des actions solidaires, une telle attitude ne tombe pas sous le sens pour le reste des représentants de l’espèce humaine. Sonder ne concernerait alors plus l’humain en général, mais ceux parmi les êtres humains pour lesquels il n’est pas naturel, possible ou quotidien de penser à autrui. Et cela, que nul ne soit à l’abri de ces épiphanies philanthropes, rend toute la chose encore plus belle.

Parfois pourtant, comme c’est le cas pour moi lorsque je ne suis pas ponctuellement en train de succomber au miracle du Sonder, l’altruisme n’est pas tout à fait beau, pas tout à fait pur, pas tout à fait désintéressé. Peut-on alors encore parler d’altruisme ?
Si embrasser la réalité de l’autre est une nourriture et répond donc à un besoin vital, peut-on le célébrer comme un sublime trait d’âme ? Je n’ai pas la réponse. Et si je consentais à en formuler une, elle tendrait probablement vers le pessimisme, autant alors ne pas emprunter ce chemin de réflexion : d’autres seraient plus à même de me juger, ce serait leur rôle, je me contente de jouer le mien et de tenter à posteriori de le désosser. Mieux vaut le déni à ce stade, que revendiquer son altruisme après l’avoir déclaré plus égoïste que l’égoïsme.

L’autre est fabuleux, littéralement. Il et si profondément bouleversant de pouvoir s’extraire de soi et se couler dans une autre subjectivité. Absorber une vie, un historique, se faire le rouage central d’un mécanisme nouveau, se laisser impulser par le métabolisme d’un autre, se ganter de son réseau nerveux, se chausser de ses muscles, se vêtir de sa peau puis s’enrouler dans la coquille sociale de ses vêtements, ajuster ses yeux comme on poserait une paire de lunettes sur le nez qu’on lui a également emprunté.
Empathie, projection, immersion, toutes ces parures auxquelles on a accès grâce à l’écoute, au toucher, grâce aux sens, qu’on en compte en fonction de ses croyances cinq, ou six. Il y a dans l’autre tant de richesses qu’il est possible, de temps à autres, de pallier ses propres vides au contact d’autrui. La fusion, puis la dissociation une fois que l’on s’est enrichi de cette subjectivité nouvelle. Devenir non pas autre, mais adapté, compatible, antipodique si le besoin se fait ressentir, devenir le pendant circonstanciel, miroir ou némésis… C’est sans doute dangereux à long terme : peut-on finir par oublier que l’on est soi ?


Mais peut-être dans certains cas n’est-on soi qu’ainsi, en pâte meuble, en flux…

vendredi 21 août 2015

Burn Out vs. Bore Out



Plusieurs heures passées à arpenter le Web, de façon tantôt digressive, tantôt frénétique.


Devant mes yeux, sur le large rectangle rétroéclairé de mon poste de travail, quinze onglets ouverts qui m'agressent par leur simple existence : j'aime que les choses soient rangées, avoir le contrôle de mon espace, j'aime que les onglets soient en pleine taille et non pas réduits et compressés par leur surabondance, comme la file d'attente des toilettes pour dames d'un théâtre à l'entracte. Mais il arrive en crapahutant sur la toile que l'on se retrouve à voyager d'une page à l'autre en quête du précieux 'complément d'information' sans lequel on ne saisirait pas tous les détails d'un article quelconque, ou du non moins précieux 'avis contraire' indispensable à une couverture objective du sujet en question.

Bien souvent, cela commence avec Facebook. Truc poste un article qui happe l'oeil, Machin y appose un commentaire avisé, Bidule et Chose valident d'un pouce impérial et on réalise que l'on ne pourrait pas rejoindre les festivités, parce que l'on ne sait rien de rien sur le sujet. Alors parfois, dans un moment de grâce où la curiosité est éveillée, ou au contraire un moment de disgrâce où l'on s'ennuie comme un rat mort, on clique.

Article, pages Wiki, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et à force d'hyperliens, c'est une jungle épaisse qui a proliféré. "Tout ce savoir, accessible en quelques clics, quel bonheur!" me direz-vous. Mmh... Je le croyais aussi, dans cette parenthèse temporelle bénie et dorée qu'est l''avant'. Depuis, j'ai déchanté.

Autant une pile de livres, chacun soigneusement extrait des étagères d'une bibliothèque, a quelque chose d'enthousiasmant, de mystérieux et d'aventureux, autant son pendant numérique est une vision angoissante, une agression pour les sens et pour la projection mentale indispensable à toute plongée dans une entreprise de documentation : car que cache un onglet, dont un livre nous protège?

Il y a fort à parier qu'une fois le livre ouvert, on y trouvera un contenu modeste, non pas dans sa teneur, mais dans sa composition : un texte, d'éventuelles images, en rapport avec le point sur lequel on est en train de se documenter qu'il soit exact ou non, jamais totalement étranger, quelques ressources bibliographiques. Point.

A contrario, l'archée de l'onglet est dangereusement vaste. D'un sujet Alpha, on risque à chaque instant le saut de puce vers les trente cinq couvertures répétitives du même sujet, plagiées avec plus ou moins d'élégance orthographique aux quatre coins du Web, on risque aussi de dévier vers le sujet Oméga qui n'a rien à voir avec le potage, ou encore les recettes miraculeuses pour une cure de détox, voire la collection complète des Tumbler qui ne présentent que des GIFs animés de chatons mignons. Lorsque l'on possède une curiosité éclectique, que l'on est en phase de prise en mains de sa santé et que l'on aime les chatons mignons, on est vite dans la panade.

"Mais qu'a cela ne tienne", me direz-vous, "le temps libre permet de se cultiver, de travailler sur autre chose, suffit de le vouloir!", et je reconnais bien là votre nature optimiste qui s'exprime pour la deuxième fois aujourd'hui pour mon plus grand plaisir (quoi de plus charmant que cette belle interactivité entre nous?!)
Par contraste, je ne peux ignorer mon propre pessimisme croissant qui ne m'effraierait pas tant s'il m’était coutumier. Je ne peux ignorer le drapeau rouge qui tournoie devant moi: les onglets se sont démultipliés comme des Tribbles ou comme des pièces de cuivre sous le sortilège Gemino, mon comportement a donc changé. Quelque chose vient de fissurer les parois de la saine et gentillette psychorigidité qui, il y a quelques mois encore, n'aurait pas supporté ce début de chaos.
Enfin, je ne peux absolument pas ignorer ce simple fait: qu'est-ce que je fous sur ce coin d'internet alors que j'ai des livres à lire, des recherches d'emploi à poursuivre, des illustrations à exécuter, des nouvelles à écrire, des choses à dire, des gens à aimer?

...

Bref, tout cela pour dire qu'en consultant un article sur les conditions de travail dans le secteur tertiaire en période estivale, j'ai ripé vers le burn-out, puis le moins connu bore-out (et également sur un GIF animé de chat vraiment mignon...).

Je n'aime pas les diagnostics. Pour me les épargner, j'évite autant que possible tout ce qui peut y conduire: analyse médicale, examen, test... Je dois pourtant leur reconnaître la vertu du pouvoir d'estomper le temps présent de la culpabilité. Je vous laisse faire les recherches adéquates pour vous renseigner sur le bore-out (oui, internet suffira à vous éclairer, attention aux errances et digressions toutefois).
A la lecture de quelques articles, on prend la mesure de cette malédiction professionnelle, tant dans ses implications au niveau de l'individu que de la place croissante qu'elle prend dans la société.

Vitesse de croisière, émergence d'un problème, réflexion, résolution du problème, nouvelle vitesse de croisière : pour que l'esprit d'un être humain s’épanouisse, il faut soit que ce cycle se répète à l'infini, soit que la croisière le ravisse au plus haut point.

Parois, la croisière s'emballe, prend des allures de course d'endurance, de course contre la montre, ou encore de décathlon. On se bat sur un champ de bataille où l'ennemi semble jaillir d'un tonneau sans fond, on se bat contre des salves répétées qu'il faut savoir repousser avec une efficacité accrue, on se bat sur une multitude de fronts à la fois, jusqu'au craquage, jusqu'au burn-out. C'est vilain un burn-out, vraiment vilain, mais il y a de la vie dans ces virevoltes effrénées, de la noblesse dans l'acharnement, de la beauté dans l'épuisement.

A contrario, une croisière dont la durée s'étale, s'étale, s'étale, dans un marécage clos auquel on s'est acclimaté presque instantanément et qui n'a plus aucune surprise à vous offrir...

Le cerveau se délite.
La perception de l'avenir se distend.
La confiance en soi et en son potentiel se dissout.
La capacité du métabolisme à s'envisager sur la durée est corrompue.
La mémoire à long terme devient gluante, la mémoire à court terme disparaît totalement.
L'enthousiasme n'existe plus que par à-coups davantage comparables à des sursauts hystériques qu'à la manifestation renouvelée d'un optimisme naturel.
Le bore-out est une catastrophe à l'échelle du groupe, à celle de l'élément, à celle de l'individu même extrait du contexte professionnel. Une catastrophe molle et insidieuse qui ne se manifeste pas immédiatement et lorsqu'elle parvient à tâtonner jusqu'aux projecteurs, c'est à coups de demi-sourires mécaniques amorcés devant un GIF animé de chaton mignon aussitôt vu, aussitôt oublié.

Le vice est dans les apparences (ne l'est-il pas souvent?). On pourrait croire qu'il y a du confort dans l'inactivité, que l'on confond à tort avec le repos et le fantasme légitime de ce dernier que formulent les personnes qui ne le connaissent pas sous sa forme forcée.
Mais on aurait faux: l'inactivité est un tourment, la liquéfaction intellectuelle, une torture.
On pourrait croire que cela plaît à la victime, de se plaindre, qu'elle tolère l'engourdissement justement parce qu'il lui permet de se triturer les neurones jusqu’à la ponte occasionnelle d'un billet d'humeur.
Mais on aurait faux: même ce billet ne peut se vanter d’être le fruit d'une humeur. Il n'y a pas d'humeur ici. Les mots sont factuels et dépassionnés. Et lorsque l'on réalise que l'on aurait aussi bien vécu sans le rédiger (c'est à dire aussi mal), la sonnette d'alarme est tirée. Et chanceux sont ceux qui, dans leur apathie, parviennent encore à l'entendre.

Du procès de l'infini potentiel procrastinatoire d'Internet au constat des ravages de l'ennui...ai-je digressé?

Pas si sûr.

Qui de la poule ou de l'oeuf...?

Bore-out vous avez dit?
Bore-out.