mercredi 23 juin 2010

Iko 2


Une deuxième série...
Je ne sais pas si cela vient du fait que j'ai beaucoup dessiné cette coupe de cheveux déjà par le passé et que le mouvement de crayon en a hérité une grande vélocité, ou si les causes sont plus profondes (deuxième solution, si l'on veut être tout à fait honnête), mais il semblerait que Laurence Equilbey m'inspire...



Etrange ceci dit que je ne saisisse pas encore la totalité de ses traits et que je la trouve tout autant voire davantage 'elle-même' (dans les limite de ce que Laurence Equilbey contrôle de l'image de cet 'elle-même') sur les croquis sans visage.

Il y a peut-être un peu du fait qu'on ne la voie que de dos lorsqu'elle dirige. Son visage n'est dévoilé que sur les photographies et leur fixité rend toute imprégnation impossible, imprégnation indispensable à la capture d'un visage. Lorsque je l'ai 'croquée' pour la première fois (en tout bient tout honneur, voyons voyons...), sur un papier que je n'ai pas retrouvé, c'était elle, de dos, de mémoire, telle qu'elle s'était imprimée sur ma rétine lors du concert du 11 Juin depuis le premier rang que j'occupais.

Les gestes un brin rigides, quelques tics nerveux, toutes les proportions si faciles à mémoriser grace à la coupe de cette superbe veste aux image et mesure de la femme qui la porte (là encore: qu'accepte de donner d'elle la femme qui la porte): droite, vive et douée d'une souplesse assez insoupçonnable à première vue qui se révèle dans le mouvement et dans ses diverses amplitudes.

D'un point de vue strictement géométrique, Laurence Equilbey, condamnée à être essentiellement vue de dos, est un haut rectangle frêle, une sorte de marque-page humain posé devant le livre ouvert d'une histoire, peut-être rédigée dans un ancien langage runique perdu depuis des siècles, qu'elle semble seule à assez bien comprendre pour savoir la raconter.

Et alors quand elle raconte!...



3 commentaires:

  1. Ai-je suffisamment dit que j'étais séduite tant par ton coup de crayon que par ta belle plume ?
    F-G

    RépondreSupprimer
  2. : )
    Takk, Flame Girl : D
    J'espère que tu t'es retrouvée, dans la série des Super.
    Pas sous ta nouvelle forme ceci dit.

    RépondreSupprimer
  3. Avoir une Muse peut vous aidez "à nourrir votre Art" et ç'est une trés bonne nouvelle... vive l'inspiration !! hé!hé!hé! ^_^

    RépondreSupprimer